Collectif St Pierre 2020 : 12 déc.2019

Compte-rendu de la réunion plénière du jeudi 12 décembre 2019

Espace Chabrier.

Participants : Véronique, Elise, Guillaume, Bernadette, Anne-Fleur, Simon, Josiane, J-F, Jeanne, Emmanuel, Anis, Michel, Cédric, Pierre-Antoine, Catherine, Didier, Roger, François, Michel, Sylvie, Serge, Christian, Marie-françoise, François, Laurent, Gilles, Nicolas, Claude.

Proposition de l’ODJ et approbation :

  • Compte-rendu de la réunion du vieux St Pierre mardi 10/12
  • Ateliers : Métropole / Sécurité
  • Organisation : Calendrier / Commissions
  • Debrief réunion des gauches du 5/12
  • Débat réglé
  • Proposition du principe de contrat de gouvernance : ex : de charte citoyenne de Saillant – Si principe adopté : Commission Gouvernance chargée de l’élaborer.
  1. Compte-rendu de la démarche sur le Vieux St Pierre.

Contexte : Le collectif SPDC 2020 mène des actions dans les quartiers. La première action a eu lieu dans le quartier défini comme « Vieux St Pierre ». Un questionnaire composé de 4 questions a été diffusé, puis une réunion a été organisée le mardi 10/12.

Faits :

Sur la démarche :

4 retours de questionnaire >> L’écrit est un obstacle. Il ne faudrait pas que les gens aient à écrire.

Distribution quelques jours avant la réunion >>> laisser plus de temps.

A permis de rencontrer des personnes qu’on ne rencontre pas d’habitude.

Sur le fond :

Les échanges ont essentiellement porté autour du PLU :

  • Forte opposition des habitants à l’urbanisation du vieux st pierre. Et pourtant, s’il y a une inquiétude, les habitants sont intéressés : les gens ne sont pas sollicités, la crainte c’est que tous les espaces de verdure soient vendus à des promoteurs. Les gens ne sont pas fermés par un aménagement, à une « écolution » (évolution écologique) mais ils ne font pas confiance à l’équipe municipale. Ils craignent des promesses de campagne qui ne seront pas tenues. Le vécu atteste d’engagements qui n’ont pas été tenus. En prolongeant le fait que la Rabouilleuse, le Collectif cycliste 37 disposent de locaux dans ce quartier ; il y a l’idée de penser un réel projet de quartier qui respecte son histoire et pas juste un projet d’urbanisation au sein de la Métropole avec des choix architecturaux parfois hasardeux et défigurant le quartier, diminuant les espaces de verdure [pourtant essentiels pour l’infiltration des eaux de pluies ( éviter la stagnation des eaux notamment en cas d’inondation), la qualité de l’air dans un quartier bordé à l’ouest par l’A10]

>>> Un besoin d’instaurer cette relation entre la commune et les habitants. Comment tu construis des choses à partir de ce qui se passe.

. Sur les formes pour changer les modes de gouvernance.

>>> Il faudra changer le PLU. Il y a un désir de changement. Aspects techniques évoqués avec son lot d’acronymes … Le PLU : voire code de l’urbanisme. On peut faire des révisions et des modifications sont possibles. Une OAP  / Le PLH relève de la Métropole révisé en 2023.

>>> La question du SENS  (voire du bon SENS cf plus haut pour la préservation et le rôle des espaces verts ) de ce qui est fait a été soulevée : La philosophie selon laquelle il faut construire pour avoir plus d’habitants n’est pas recevable.

  • Ateliers : Sécurité et Métropole

L’assemblée se scinde en 2 pour poursuivre la réflexion sur deux thèmes : La Métropole d’une part, la Sécurité d’autre part. 30 minutes d’intelligence collective autour de 3 questions :

  • Ce qui pose problème
    • Ce qui est à conserver
    • Ce qui serait souhaitable
  Sécurité Métropole
Ce qui pose problème  – Une paix sociale qui semble achetée : on tolère des comportements ( conduites à risques ) et du coup on n’a pas à les traiter. – Rapport à la loi qui questionne : incivilités, rodéos. Il y a la fois des petites incivilités ( stationnement gênant, arrêt sur la chaussée pour discuter, enfants qui sont seuls dans la rue tard le soir …) et des événements plus graves ( trafic de drogues, vitesse excessive 80-100 km/h, voiture « gofast », non respect des arrêts …) – 0,8 % en masse salariale dans le budget municipal. – Pb de rassurance : Il y a de l’inquiétude. – Difficultés à rentrer seul chez soi parfois, à laisser ses enfants se déplacer seuls jusqu’à la bibliothèque (circulation dangereuse) – Institutions au sens large ( Police, Social, Famille, Education …) moins présentes dans les territoires. -SPDC a une image de ville insécuritaire ( préjugés à déconstruire). Il existe des conflits avec des quartiers d’autres villes ( Sanitas, Rabière …)     -déséquilibre de la balance du pouvoir dans la gouvernance actuelle ! (seulement 4 élus à St Pierre des Corps) élections métropolitaines ? -absence de compte-rendu des réunions  des élus à leurs citoyens >>> impossibilité pour les citoyens de savoir ce qu’il se passe en interne. -gestion des services publics (suppression de postes) – Plan Climat !?
Ce qui est à conserver   – Le nombre d’agents de prévention a augmenté : ALMS : Adjoints Locaux de Médiation Sociale, – Des espaces où le commerce illicite qui fait peut-être vivre des familles est toléré pour éviter de déplacer le pb ailleurs et pouvoir le contrôler. -Création d’une demande aux citoyens de la Métropole pour les grands travaux (créer un débat général) -Commission ouverte aux élus de la Métropole
Ce qui serait souhaitable   – Impliquer les citoyens, – Une réflexion globale avec différents acteurs selon des angles variés : prévention (urbanisme, W social, culture, visibilité des forces de l’ordre …) et répression (rappel de la loi) – développer des élus de proximité, des relais dans différents quartiers ? – développer un service jeunesse – travailler la place des parents : Maison des parents ? – ne pas stigmatiser une population >> il y a des problèmes dans tous les quartiers >> développement d’une vie sociale plus forte par des comités de quartier actifs et soutenus. – Remettre le travail des acteurs sociaux, policiers sur le terrain par un maillage et une présence plus accrue. Développer une présence policière visible pour rassurer. – S’appuyer sur le diagnostic d’experts avant d’agir. – Réaliser des aménagements urbains qui limitent les comportements dangereux sur la route ( ralentisseurs, creux, chicanes, chaussées plus étroites avec pistes cyclables séparées et protégées et continues) – Ne pas s’engager sur une démarche passive, coûteuse et inefficace de déploiement de la vidéosurveillance ( généralement réalisée par des prestataires extérieurs.) L’idée est de s’engager dans une démarche de développer un « mieux vivre ensemble » et de ne pas faire l’erreur d’espérer réaliser cela en déléguant à des prestataires extérieurs. – La démarche doit être  SYSTÉMIQUE : urbanisme / Education / CutureS / Prévention / Social / Répression) -avoir un suivi des actions et des engagements des élus une fois installés au poste. – Compte-rendus sur les votes et les sujets traités présentement. -Plus de temps consacré aux élus concernant l’étude des dossiers Métropole -Réfléchir à une répartition des tâches (les élus ont déjà beaucoup de choses à faire. Déléguer. Horizontalité). – équilibrer les forces (Tours = majorité écrasante). -repenser et améliorer le comité de développement. -Créer des majorités de projet.  
  • ORGANISATION

Prochaines dates de réunion (toutes les infos sur arialspdc37.org)

Jeudi 19 décembre à 20h00

Jeudi 9 janvier à 20h00

Constitution de la Commission Sécurité-Vivre Ensemble : Gilles, Laurent, Michel Soulas, Didier Catherine, Michel Nemesien.

Un mail est envoyé aux personnes pour qu’elles s’organisent entre elles pour se réunir et poursuivre la réflexion.

Groupe organisation de réunions : Guillaume, Jo, Cédric, Sylvie ?

  • Compte de la réunion des Gauches du 5/12

Modalité de restitution :

  • Tour de parole : les personnes présentes à cette réunion peuvent intervenir et donner un ressenti ( les points qui vous ont intéressé et ceux qui vous interrogent.)

Jo : Optimiste : il y a qd même pas mal de points de convergence. Ça vaut le coup de travailler ensemble.

Élise : Optimiste : il m’a semblé qu’on avait bcq de choses en commun. Il faut être vigilant à ce que les mots recouvrent : Titres qui convergent mais qui ne recouvrent pas la même réalité.

Guillaume : J’ai hésité à y aller mais je suis content d’y être allé. Les gens découvrent qu’ils ont assez de points de communs mais problèmes liés aux étiquettes. Mais le point sur lequel on n’a pas réussi à discuter est sur quoi on diverge. Concrètement je trouve cela assez encourageant.

Michel : Ce que j’ai apprécié, c’est après. Convivialité, pas envie de se quitter.

Didier : Mot « non négociable ». J’ai eu l’impression que c’était très raide. Pas sûr que c’est la même chose derrière tous les mots.

Pierre-Antoine : optimiste sur le fait que  3 entités avaient l’air de bien converger. J’ai envie de pouvoir comprendre ce que cela va donner.

Cédric : optimiste. Je ne découvrais pas qu’on avait plein de points en commun. + de points d’accord que de désaccord.

François : l’optimisme revient.

Gilles : ça a mal fini. Commissions municipales = entièrement ouvertes à tous les Citoyens. Il faut creuser à l’os comment la population perçoit notre convergence. Besoin d’un peu de gravité, de densité là-dedans.

Sylvie : assez heureuse de ce qui se passait. Une envie partagée de chercher du commun. On a besoin d’un espace commun aux différents groupes qui ont travaillé, on a besoin d’apprendre à faire du compromis. Peut-être pas dire je ne veux pas que ce soit ça d’emblée mais poser le problème pour ouvrir le débat.

Catherine : première fois que je venais. Beaucoup de forces de gauche. Etonnée de percevoir une méfiance. Cela donne une atmosphère qui empêche de penser.

Christian a une proposition : continuer à réfléchir dans l’instant présent sur les freins et les conditions d’un travail collectif.

Proposition acceptée, il s’agissait du travail imaginé par le groupe d’organisation donc cela ne perturbe pas l’ODJ.

Modalités :

1- Chacun réfléchit pour soi et rédige sur un post-it ses réponses à la question : « Freins et conditions pour une participation commune à un projet municipal ».

2- Puis tour de table sans débat. L’objectif est de poser les choses et de cerner les obstacles.

Freins Conditions
Enjeux nationaux des partis : Pour les partis, l’élection municipale a une importance au niveau national. Pour le PC par exemple, perdre St Pierre dès Corps en 2020 ( 100 ans du Congrès de Tours) est un enjeu majeur tant sur le plan politique, que symbolique >>> probablement impossible pour eux de ne pas se mettre en avant pour ne pas perdre cette visibilité à moins d’un retour au sens de l’action et à une capacité à donner la priorité aux aspirations locales et aux enjeux fondamentaux que sont la démocratie et la transition écologique et sociale.   – une liste qui prend le dessus sur les autres : hégémonie.   – Le désir d’être au pouvoir ( égo – parti …) / Idéologie partisane   – absence de consensus sur les choix politiques prioritaires. / incertitudes par rapport aux éléments de projet./ Tram, vidéo-surveillance, la levée de la Loire en rue de ville / éclaircir les priorités de programme de chaque groupe ( PC, Génération, Collectif SPDC 2020, PS) pour travailler un projet commun. – un certain flou dans les intentions de chacun   Défiance / pratique longue d’une démocratie « de façade » / ancien fonctionnement de la municipalité aurait été opaque ? Qu’est-ce que ça veut dire ?   Fractures complexes qui ne recoupent pas complètement les groupes.   – Peurs : des citoyens des partis politiques + de quitter son tunnel / par rapport à quelque chose de très nouveau   – Par rapport au fonctionnement de la majorité sortante et la tête de liste / Désignation d’une tête de liste représentant déjà un parti. / Désignation de la tête de liste : ce n’est pas un problème de personne mais un problème de méthode >> la tête de liste doit refléter le collectif commun et non un collectif spécifique./ Constitution d’une liste électorale présentée par un groupe politique à la place d’une liste collective soutenue par plusieurs entités / Problème sur la pré-désignation d’une tête de liste : Michel Soulas, représentant un parti le PC et ce publiquement./ pas de personnification du maire/ Tête de liste ? PC ? reste de la liste ? – Pas de majorité dans la majorité ? Quid ?   – Temps : Tt le monde ne perçoit pas l’urgence de définir une échéance / Il reste 5 mois / La nécessité absolue d’élaborer une charte de fonctionnement garantissant la prise de décision collégiale est un exercice difficile et long or il reste peu de temps./ constituer un projet de liste avant fin janvier. >>> éclaircir les priorités de programme   – Absence de purge des points bloquants.   – Le jeu sur les mots / La mise en place de qu’il y a derrière les «  mots valises » / consensus sur grands principes mais dans le détails : quelle mise en place ? Quel contenu ? Quelle forme ?   – Oublier le message écologique dans notre programme.   Idéologie partisane   – que les noms des partis figurent à côté de chaque nom si une liste commune était créée. Que cela ne devienne pas une municipalité «  socialiste », « communiste » …ne pas réduire la municipalité à une étiquette.     – Construire de la confiance : créer les conditions de la confiance en prenant du temps, des rencontres multiples, du vécu ensemble / se faire confiance   – Accepter les sensibilités différentes.   – Accepter l’incertitude et le fait d’avancer sans que tout soit tracé à l’avance, en co-construisant entre forces différentes et avec les habitants.   – Partir vite ensemble vers population et média   – Elections des représentants de la liste de la part des membres de différents collectifs.   – Ne pas partir ds le flou   – Pas de personnification du maire >> rotation des maires   -Faire des citoyens « défiants » des « Citoyens vigilants » : donc faire confiance aux citoyens >>> consulter vs associer / révocation citoyenne / contrat de gouvernance opposable.   – Se mettre d’accord sur le principe de « Pas de majorité ds la majorité » pour préserver la garantie d’être entendu / Trouver une répartition « juste des élus » pour un partage sain des pouvoirs./ respect des diversités marginales   –Transparence   – Communication authentique, respectueuse et sincère (code moral) / Ecoute mutuelle / Communication   – Participation collective / Cohésion / S’engager à poursuivre la réflexion, l’invention/ L’idée que le projet et donc la liste est le résultat d’un travail collectif   – Charte : formalisation précise du fonctionnement collectif sans faux-semblants ni hors-jeux.   Instaurer des règles communes : Comment on travaille ensemble. / Travail en amont ( instituts et gouvernance) Travail en commun et pas dans chaque parti ou collectif / Méthode de W, de prise de décisions / instaurer les conditions du travail ensemble / Au conseil municipale : méthode de travail collective, collaborative basée sur le partage et la confiance. / Définir une modalité du choix de la tête de liste./ Engagement sur une charte de fonctionnement ensemble./ Des règles de travail ensemble./ prendre le temps d’écrire des règles de prise de décisions ensemble / Pour rassurer par rapport à un historique de l’organisation du pouvoir municipal : avoir des règles claires avec des garde-fous garantissant le « décider ensemble » = règles d’exercice de la démocratie / contrat de gouvernance et règles de travail.   – Projet cohérent, ambitieux en lien avec les enjeux démocratiques, sociaux, économiques et écologiques : avoir discuté de ce que chacun met derrière des mots « valise » ( ex : participation citoyenne, transports actifs …/ Poser des cadres concrets sur des éléments concrets / Vision commune / Programme complet./ convergence collective sur les thématiques du programme. / trouver rapidement un programme / Travail en amont des projets et des propositions./ Projet concret -Trouver la volonté pour rapidement créer ce projet./Lever le plus vite possible les différents.   – Nom de la liste qui sortirait soit «  soutenue par + noms des groupes qui y participent. » et pas que les partis figurent à côté de chaque nom.   – Travailler en « mode projet »   –Décisions symboliques qui marquent la rupture (rotation ?) , inaugurent un espoir et donnent envie.

Cette restitution se veut fidèle et restitue l’ensemble des post-its récoltés avec les éléments écrits au tableau + un essai de catégorisation.

Conclusion : La réunion du 5 décembre a redonné un souffle d’optimisme, la réflexion plus précise permet d’identifier les défis à relever dans un délai très court. L’échéance de fin janvier est énoncée. La prochaine plénière aura pour objet  de reprendre les éléments. Deux éléments majeurs ressortent : la désignation de la liste et une charte de fonctionnement et de prises de décision garantissant le fonctionnement démocratique.

FIN DE SÉANCE : 23H15

PROCHAINE RÉUNION : JEUDI 19 DÉCEMBRE À 20H00 – ESPACE CHABRIER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.